Éric Boisset, Le Grimoire d’Arkandias (T1)

« On dit que la curiosité est un vilain défaut. Moi, je crois au contraire c’est une qualité. Être curieux, c’est vouloir connaître. Et quoi de plus fascinant que la connaissance ? »

Éric Boisset, Le Grimoire d'Arkandias

Théophile adore lire et passe ses mercredis après-midi à la bibliothèque. Un jour, il découvre un mystérieux ouvrage intitulé Leçons de pratique de magie rouge. Curieux comme il est, il se met à le lire et tombe sur… une recette pour fabriquer une bague d’invisibilité ! Ni une, ni deux, il va tenter de réaliser cette recette avec la compagnie de son meilleur ami Bonaventure. Mais tout ne va pas forcément se passer comme prévu…

Je vous avais déjà parlé de la trilogie d’Arkandias quand je vous avais présenté le Traité des 7 lotus écrit par le même auteur. Cette trilogie a été l’une de celles qui ont marqué mon enfance et je pense me souvenir pourquoi elle m’avait autant attirée : je me reconnaissais dans la description de Théophile. J’adorais déjà lire et je passais également mes mercredis après-midi à la bibliothèque (pour faire mes devoirs, hum hum !). En plus, j’étais en pleine découverte d’un certain personnage nommé Harry Potter : niveau magie, recettes et j’en passe, on peut dire que j’étais bien dans l’univers. Vous imaginez donc mon excitation quand j’ai vu l’intégrale de la trilogie sur le stand Magnard au Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil…

La trilogie d’Arkandias, c’est l’histoire de Théophile et de Bonaventure qui vont tenter de réaliser des recettes de magie dite rouge. Ils commencent, dans le premier tome, par une recette qui permet de créer une bague d’invisibilité. Très vite, ils font la connaissance d’un « sorcier » qui s’appelle Agénor Arkandias (si vous vous demandiez d’où vient le nom…) qui va les mettre en garde et essayer de les persuader de ne pas se frotter au grand art qu’est la magie. Vous vous doutez bien que les deux amis ne vont absolument pas tenir compte d’Arkandias et n’en faire qu’à leur tête !

Comme quand j’étais plus jeune, je suis tout de suite tombée dans l’histoire, à croire que mes goûts n’ont pas évolués ! Bien sûr, l’écriture est adaptée à un jeune public, mais à part ça, l’histoire est vraiment bien ficelée. L’auteur essaie d’employer quelques mots du langage soutenu ou spécifique ce que je trouve vraiment profitable pour développer le vocabulaire des plus jeunes. Le rythme est assez rapide ce qui permet de ne pas s’ennuyer une seule seconde.

Une chose que je n’avais pas remarquée à la première lecture, c’est tous les « clichés » que l’on retrouve, notamment sur les Noirs et les Antillais. Bonaventure est issu d’une famille antillaise et l’auteur le place dans une famille dont le père fait du zouk, dont la mère veut faire grossir tout le monde à base de boudin antillais qui, clairement, arrache sévère et Bonaventure, un peu bouboule, a les cheveux tressés. D’autres clichés comme ceux-là se retrouvent dans le livre, mais celui-là a été pour moi le plus marquant.

À la lumière de cette relecture du premier tome, je suis un peu déçue du Traité des 7 lotus publié il y a quelques temps. J’avais conscience que l’histoire s’en rapprochait beaucoup, mais je ne pensais pas autant. L’auteur a repris quasiment les mêmes personnages avec les mêmes traits de caractère, la même histoire (l’invisibilité, la figure d’adulte, le meilleur ami dévoué…) et l’a transposée, en modifiant quand même quelques petits détails. Du coup, ça m’a un peu refroidie sur Mister Éric Boisset !

Je ne vais pas cracher dans la soupe, je dois dire que j’ai beaucoup, beaucoup aimé me replonger dans une histoire qui m’a marquée pendant mon enfance. La quatrième de couverture de l’intégrale en parle comme un « classique incontournable de la littérature jeunesse » ce qui, pour moi, est réellement le cas. Si vous n’avez pas envie de vous farcir un livre de littérature jeunesse, le premier tome a été adapté au cinéma !

Et vous, quels ont été les livres qui vous ont marqué·e durant votre enfance ?

Éric Boisset, Le Traité des 7 lotus

« Quand Gutenberg a inventé l’imprimerie, il y a sûrement eu des moines copistes pour dire que l’époque se crétinisait. La vérité, c’est que vous êtes à côté de la plaque, tous les deux. Pour survivre, il faut s’adapter. »

Couverture du Traité des sept lotus

Timothée, lecteur assidu, tombe sur un livre de yoga dans sa librairie favorite. Ce livre, Le Traité des 7 lotus, promet à son lecteur de lui donner des pouvoirs magiques s’il réalise certains exercices. Ni une, ni deux, Timothée décide de tenter l’expérience pour visiter « la doublure du monde ». Il réussit les exercices, entre dans la doublure du monde… mais ne sait pas comment en ressortir ! Il va croiser la route de l’auteur de ce traité, Jojoba, avec qui il va essayer de regagner la vie réelle.

Il va s’en sortir ?

Elizabeth Ross, Belle époque

« La loi des comparaisons est un cercle vicieux, car il y aura toujours des gens autour de toi dont le sort paraîtra plus enviable. »


Couverture de Belle époque de Elizabeth Ross

À la veille de l’exposition universelle de 1899, Maude Pichon décide de rejoindre Paris afin d’échapper au mariage arrangé qui l’attend. Maude est remplie d’illusions romantiques sur la capitale, mais ses maigres économies s’évanouissent rapidement et elle doit commencer à chercher du travail. C’est là qu’elle tombe sur une petite annonce plutôt inhabituelle : « On demande des jeunes filles laides pour faire un ouvrage facile ».

Continues ta lecture !

James Frey, Nils Johnson-Shelton – Endgame : L’Appel (T1)

« Ce qui sera, sera. »

Couverture du premier tome d'Engame
James Frey, Nils Johnson – Shelton – Endgame : L’Appel

Le monde tourne normalement. Sauf pour douze adolescents de 13 à 20 ans qui se préparent à Endgame. On les appelle les Joueurs. Parce que oui, les Joueurs Jouent. Et après des années et des années sans Endgame, vous vous doutez bien que le Jeu va commencer. Les Joueurs doivent résoudre une énigme qui les conduit aux quatre coins de la Terre. Il n’y aura qu’un seul gagnant (comme à Koh Lanta) qui verra sa lignée survivre. Les autres ? Je vous laisse deviner.

Lire la suite de « James Frey, Nils Johnson-Shelton – Endgame : L’Appel (T1) »

Ransom Riggs – Miss Peregrine et les enfants particuliers

« Quand quelqu’un refuse de t’ouvrir sa porte, au bout d’un moment tu arrêtes de frapper. Tu vois ce que je veux dire ? »

Couverture du premier tome de Miss Peregrine et les enfants particuliers
Ransom Riggs – Miss Peregrine et les enfants particulier

Depuis tout petit, Jacob Portman écoute les récits fabuleux de l’enfance de son grand-père, Abe. Petite fille qui lévite, garçon invisible… tout le monde pense qu’il invente ces histoires, et Jacob ne tarde pas à se ranger à l’avis de sa famille en grandissant.

Jusqu’au jour où Abe meurt devant les yeux de Jacob dans des circonstances assez… bizarres. L’adolescent est certain d’avoir vu un monstre lors de l’événement et son grand-père lui a murmuré des choses mystérieuses avant de s’éteindre. Après cela, il n’est plus que l’ombre de lui-même. Pour le sortir de cette mauvaise passe, son père l’accompagne sur une minuscule île du pays de Galles, Cairnholm, où son grand-père a vécu lors de la Seconde Guerre mondiale. Lire la suite de « Ransom Riggs – Miss Peregrine et les enfants particuliers »

Anthony Horowitz – Stormbreaker

Couverture de Stormbreaker
Anthony Horrowitz – Stormbreaker

La saga « Alex Rider » compte onze livres et s’est terminée en 2017. Ce n’est que cette année que je découvre les histoires d’Anthony Horowitz.

Pour ce premier livre, Anthony Horowitz nous propose de découvrir le personnage d’Alex Rider (nan, sans blague !), 14 ans, qui va perdre son oncle, Ian Rider, dans un étrange accident de voiture. L’adolescent comprend très vite que son oncle n’est pas banquier comme il le croyait depuis toujours mais espion auprès du MI-6, l’agence de renseignements britannique. Oui, comme James Bond. Ian est mort en mission et le patron du MI-6 décide de recruter Alex pour l’achever. Lire la suite de « Anthony Horowitz – Stormbreaker »