Jane Austen – Raison et sentiments

« Quoi ? parce qu’on a eu le malheur d’être trompé dans un premier attachement, on aurait encore celui de ne plus pouvoir s’attacher à personne ? Et parce qu’un cœur sincère et sensible a été déchiré, rien ne guérira sa blessure, et il doit rester isolé toute la vie ? Non, non, cela ne peut être, non, je ne puis le croire. […] Un second attachement n’aura peut-être pas la vivacité du premier, mais il n’en aura ni la promptitude ni l’illusion ; et l’on cherchera à bien connaître la personne avant de s’y attacher ; on n’aime que ce qu’on estime, et alors on peut aimer toujours. »

Couverture de Raison et sentiments
Jane Austen – Raison et sentiments

Les deux premières sœurs Dashwood, Elinor et Marianne, sont très opposées. Tandis qu’Elinor fait preuve de raison et maîtrise très bien ses sentiments et sa contenance en toute circonstance, Marianne est plus exaltée et ne comprend pas pourquoi il faudrait qu’elle cache ce qu’elle ressent. Les deux sœurs commencent à faire leur éducation en même temps, et ça ne va pas être de tout repos.

Lire la suite de « Jane Austen – Raison et sentiments »

Gabriel Tallent – My Absolute Darling

« Ils fabriquent des obstacles au-dessus desquels tu dois sauter, et ils veulent te convaincre que c’est ça, le monde ; que le monde entier est fait d’obstacles. Mais c’est faux, le monde n’est pas comme ça et tu ne dois jamais, jamais penser que c’est le cas. »

Couverture de My Absolute Darling
Gabriel Tallent – My Absolute Darling

Julia, alias Turtle, alias Croquette, est une jeune fille que son père, Martin, élève… assez durement. Elle se balade tout le temps avec une arme et, à quatorze ans, elle tire avec plus de précision que n’importe quel être humain. Dans cette éducation survivaliste et franchement malsaine, on doit se l’avouer, Turtle va rencontrer Brett et Jacob et se lier peu à peu avec eux. Une amitié naissante qui ne va pas franchement être du goût de tout le monde… Lire la suite de « Gabriel Tallent – My Absolute Darling »

James Frey, Nils Johnson-Shelton – Endgame : L’Appel (T1)

« Ce qui sera, sera. »

Couverture du premier tome d'Engame
James Frey, Nils Johnson – Shelton – Endgame : L’Appel

Le monde tourne normalement. Sauf pour douze adolescents de 13 à 20 ans qui se préparent à Endgame. On les appelle les Joueurs. Parce que oui, les Joueurs Jouent. Et après des années et des années sans Endgame, vous vous doutez bien que le Jeu va commencer. Les Joueurs doivent résoudre une énigme qui les conduit aux quatre coins de la Terre. Il n’y aura qu’un seul gagnant (comme à Koh Lanta) qui verra sa lignée survivre. Les autres ? Je vous laisse deviner.

Lire la suite de « James Frey, Nils Johnson-Shelton – Endgame : L’Appel (T1) »

Amy Ewing – Le Joyau (T1)

« L’espoir est une chose précieuse. Pourtant on ne commence à l’apprécier que quand toute lueur s’est envolée. »

Couverture du premier tome du Joyau
Amy Ewing – Le Joyau

La Cité solitaire est divisée en quatre parties : le Joyau, le Commerce, la Fumée et la Ferme. La première partie est le cœur de la Cité solitaire, là où se concentrent les personnes les plus riches, le luxe, le pouvoir. C’est ce qui attend Violet Lasting, mais pas pour y vivre librement. Pendant plusieurs années, elle a été formée pour devenir mère porteuse. Elle participe donc à la Vente aux enchères annuelle : les plus riches femmes du Joyau achètent les mères porteuses pour porter et accoucher des futurs héritiers à leur place. « Car dans le Joyau, le vrai luxe est la descendance… »

Lire la suite de « Amy Ewing – Le Joyau (T1) »

Rick Yancey – La Dernière Étoile (T3)

« Ce n’est pas le temps qui compte, […] mais ce que nous en faisons. »

Couverture de La Dernière Étoile
Rick Yancey – La Dernière Étoile

Alerte spoilers ! Ce livre étant le troisième et dernier tome de la saga La 5e vague, je donne des informations sur les deux premiers tomes.
Si vous voulez, vous pouvez retrouver mes avis sur le premier et le deuxième tome.

Lire la suite de « Rick Yancey – La Dernière Étoile (T3) »

Neil Smith – Boo

« J’empêche le monde extérieur d’empiéter sur mon monde intérieur­­. »

Couverture de Boo
Neil Smith – Boo

« Boo est un garçon de treize ans à la peau pâle et au cœur troué. Il est capable de réciter le tableau périodique des éléments de mémoire, un atout négligeable pour développer son réseau social. Boo, surtout, est mort devant son casier.

Il se réveille dans un étrange au-delà : le Village. Un endroit où se retrouvent tous les jeunes de son âge, « passés » comme lui d’un monde à l’autre. Johnny, un camarade décédé peu de temps après Boo, lui révèle qu’ils ont été victimes d’une fusillade et que le coupable se trouverait parmi eux. »

Lire la suite de « Neil Smith – Boo »

René Barjavel – Ravage

« Les hommes ont libéré les forces terribles que la nature tenait enfermées avec précaution. Ils ont cru s’en rendre maîtres. Ils ont nommés cela le Progrès. C’est un progrès accéléré vers la mort. Ils emploient pendant quelques temps ces forces pour construire, puis un beau jour, parce que les hommes sont des hommes, c’est-à-dire des êtres chez qui le mal domine le bien, parce que le progrès moral de ces hommes est loin d’avoir été aussi rapide que le progrès de leur science, ils tournent celle-ci vers la destruction. »

Couverture de Ravage
René Barjavel – Ravage

En 2052, la société est dépendante de l’électricité à tel point que monter un étage est source d’essoufflement intense. Paris est surpeuplé, tous les terrains ont été utilisés pour construire des habitations dont certaines n’ont pas de fenêtre qui s’ouvre. À quoi bon, quand on a l’électricité pour rafraîchir un appartement ? Mais quand une panne d’électricité mondiale pointe le bout de son nez, c’est une autre histoire. On suit le parcours de François, fils d’agriculteur de Vaux et de Blanche, ex-future star de la « télévision » dans le chaos qu’est devenu la France.

Lire la suite de « René Barjavel – Ravage »