Marius Gabriel, La Vie sur mesure

« La vie est une corde raide […]. Une fois que l’on est en l’air, peu importe si tout vacille, on ne peut plus s’arrêter ni faire demi-tour. »

Marius Gabriel, La Vie sur mesure

Juste après la seconde guerre mondiale, Copper, jeune américaine, arrive en France avec son mari, Amory. Quand ce dernier décide de lui offrir une robe, Copper fait la connaissance de « Monsieur Christian »… comprenez Christian Dior, qui n’est pas encore le couturier mondialement connu. Encore chez son patron, Lelong, Dior vit une vie animée, de fêtes et d’événements mondains, et va introduire Copper au monde de la mode.

Tout d’abord, je souhaite remercier la plateforme NetGalley et l’éditeur pour m’avoir donné accès à ce livre. Ce n’est pas forcément le type de livre que je lis d’habitude, mais j’avais envie de changer de style et d’avoir quelque chose de rafraichissant. Je ne suis clairement pas portée sur la mode dans mon quotidien et pourtant j’ai adoré cette histoire.

On fait donc la connaissance de Copper et d’Amory, couple d’Américains venus en France avec des amis à la fin de la seconde guerre mondiale. On apprend que Copper rend service à Georges, un ami journaliste, en écrivant certains articles à sa place lorsqu’il n’est pas en état de le faire (doux euphémisme, bonjour !). Quand Georges meurt, Copper décide de tenter sa chance en tant que journaliste indépendante. Grâce à la relation amicale qu’elle entretient avec Christian Dior, elle se retrouve propulsée dans le monde du journalisme de mode et va découvrir Paris à travers ce prisme.

Copper est « officiellement » le personnage principal de l’histoire, mais selon moi, Dior est un second personnage principal. Ce n’est pas un personnage secondaire comme peut l’être Amory ou Suzy. Il a vraiment une place prépondérante dans la vie de Copper, c’est lui qui va lui faire découvrir Paris, qui va l’initier au monde de la mode et qui va lui donner des contacts dans ce milieu. Quant à Copper, elle aide Dior à prendre confiance en lui tout au long du roman.

Dès le début, on se retrouve immergé dans l’époque de Paris à la libération : le style, l’écriture et les mots employés concordent avec l’idée que je me fais de cette époque et de cette tranche de la population. On apprend pas mal de choses sur la guerre et la Libération, ainsi que sur la vie de Dior, même si l’auteur précise bien que les actes et les paroles des personnages sont fictionnels. L’histoire m’a tellement plu que j’ai fait quelques recherches sur certains personnages pour apprendre plus de choses sur eux, comme sur Catherine, sa sœur, qui a été déportée dans le camp de Ravensbrück pendant la guerre car elle faisait partie de la Résistance.

Ce livre m’a donné envie de découvrir davantage de fictions historiques, si vous avez des conseils de lecture, je suis preneuse !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s