Patrick Bauwen, Monster

« Vous pensez agir de façon logique, rester maître de vos émotions. Votre cerveau aligne sagement les plus et les moins dans les colonnes. Et à la fin, votre cœur se fait avoir comme un débutant. »

Paul Becker, médecin en Floride, vient d’ouvrir sa propre consultation. Il a une femme, un fils… la vie banale et ordinaire. Sauf qu’un jour, son meilleur ami flic, Cameron, va lui amener un patient assez étrange. À la suite de ça, Paul découvre un téléphone portable perdu par ce même patient… et c’est le début des embrouilles pour lui.

Avec le confinement, j’ai été face à une période de désert littéraire total : grosse panne de lecture, concentration proche de zéro… J’ai emprunté des livres à la bibliothèque, mais pas moyen de me plonger dedans. J’ai tenté un truc qui marche tout le temps pour moi : me plonger dans un thriller, histoire d’être happée par l’histoire et me redonner envie de lire. Et, comme d’habitude, ça a marché.

L’histoire commence directement lorsque Cameron, l’ami flic de Paul, se présente à sa consultation au beau milieu de la nuit, avec un patient blessé. Peu de temps après, Paul découvre le fameux téléphone et décroche à un appel entrant. Il tombe sur un homme qui demande un certain « Kosh ». Au lieu de faire comme toute personne un tant soit peu intelligente, Paul ne va pas ramener le téléphone au commissariat le lendemain, non. Il le garde sur lui (forcément, sinon il n’y aurait pas de roman, en fait).

Dès le début, on est aspirés dans l’histoire. Dans la première page, Paul s’adresse directement à nous en nous disant qu’il n’est pas ce que tous les journaux disent de lui et que notre vie va basculer. Clairement, c’est un flash-back et il nous demande de l’écouter, de le lire, pour l’aider et aider un enfant qui risque de mourir. Rien que ça. On fait également un peu plus connaissance avec le quotidien de Paul : sa femme Claire, son fils Billy, son infirmière Connie… jusqu’au jour où sa femme et son fils disparaissent sans laisser de traces. Sa femme ne répond plus à ses messages et Paul découvre vite qu’elle est partie de son plein gré. Mais pourquoi ?

Je ne sais pas pour vous, mais moi, quand je lis un roman policier, je me fais tout le temps des films assez clichés : la femme qui a un amant, qui est de mèche avec le méchant, qui deale de la drogue dans le dos de son mari, ce genre de trucs. Et quand l’une de mes hypothèses se révèle vraie et que c’est le cœur de l’histoire, je considère que c’est un mauvais roman. Un policier ou un thriller doit me surprendre, me faire dire « ah ouais, je l’avais pas vue venir celle-là ». Verdict : ce livre n’est pas un mauvais roman. C’est même plutôt carrément l’inverse.

Tout au long de l’histoire, on est aussi perdu que Paul. On ne comprend pas pourquoi sa vie a basculé du jour au lendemain. Quand on commence à avoir des réponses, il y a quelque chose qui se passe qui nous remet encore plus dans le flou. À la fin du roman, les événements s’enchaînent et toutes les réponses nous sont données les unes après les autres. Et on comprend l’horreur que l’auteur est en train de nous raconter.

Si je devais trouver un seul petit défaut au livre, ce serait le côté un peu cliché de ses personnages : une femme qui se barre avec son fils, sans donner de nouvelles, un médecin qui garde un téléphone qui n’est pas à lui, le flic qui a des gosses qui vivent avec son ex et qui pensent que c’est un looser… On retrouve assez souvent ce type de personnage et d’événement. Ça n’empêche vraiment pas de passer un très bon moment (et de ne pas lâcher le livre) jusqu’à la fin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s