Charlène Noël, Les Prisonniers de l’espace (T1)

« On dit que la liberté a un prix. Pour moi, c’est plutôt une question d’espace… »

Charlène Noël, Les Prisonniers de l'espace (T1)

Nous sommes en 2060. La surpopulation a transformé la vie sur Terre et les dirigeants politiques ont pris une décision radicale : rassembler tous les pauvres dans deux immenses tours situées aux pôles. Une fois par mois, les riches, qui continuent à vivre normalement, les ravitaillent en nourriture et leur laisse, gracieusement, tous leurs objets détériorés ou dont ils n’ont plus l’utilité.
Samuel vit dans l’une de ses tours, accompagné de ses parents et de deux de ses amis. Embarqué dans une drôle d’affaire à cause de son père, il va aller de révélation en révélation…

Quand j’ai pris connaissance de la quatrième de couverture sur le site de NetGalley, j’ai trouvé l’histoire super originale. Je suis une grande fan de dystopie et je trouvais les questionnements sous tendus par ce résumé assez actuels. J’ai donc demandé à le lire et je remercie Librinova ainsi que le site NetGalley de m’avoir permis de découvrir ce livre.

On est donc transportés dans un monde futuriste où les pauvres se gèlent entre eux aux pôles, dans des tours de 300 étages, tandis que les riches habitent tranquilou, comme si rien de grave ne se passait. L’auteur commence par décrire le mode de vie de Samuel, sa famille et ses amis, et je dois dire que c’est assez cohérent. Au début. Après, ça se gâte et l’écriture, les situations et les personnages se détériorent. À part pour l’histoire en tant que telle, je dois dire que ça a été dur d’aller jusqu’au bout de ce livre.

Les personnages sont assez clichés et très niais. Samuel, le personnage principal, a 16 ans et a des réactions un peu bizarres pour son âge. À l’âge de seize ans, les garçons doivent se faire stériliser ; or, son plus grand rêve est de devenir père. À 16 ANS ?! De la même manière, il a des pensées très niaises vis-à-vis de ses parents (on est à deux doigts du « ma maman c’est la plus belle, mon papa c’est le plus fort ! »). Dans la première partie du roman, on a l’impression que c’est un héros qui arrange toutes les situations. Dans la deuxième partie, il a plus le rôle du sage auprès de qui tout le monde vient prendre conseil : avec une phrase, mister Samuel peut donner à votre vie un tout nouveau sens.

L’écriture de l’auteure reste fluide tout au long du roman, mais il n’y a clairement pas assez de descriptions et on se perd dans la chronologie. Des grosses incohérences sont également à relever dans la deuxième partie : Samuel est hyper proche de sa famille, il veut les sauver mais… il profite de la vie, tombe amoureux, va à des fêtes au lieu de se renseigner sur les possibilités d’un monde qu’il ne connaît absolument pas ? Hormis le fait que ce soit incohérent, l’auteure aurait, selon moi, dû se concentrer soit sur la nouvelle vie de Samuel, se concentrer sur le sauvetage du pôle ou alors développer beaucoup plus les deux aspects en faisant un livre plus long que 200 pages (format e-book).

Écrit différemment, ce livre aurait, je pense, pu être un véritable coup de cœur. En l’état, c’est un peu une déception.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s