Dmitry Glukhovsky, Metro 2033

« Vous me prenez pour un imbécile ? Mais les véritables imbéciles, c’est vous, vos pères, vos mères et vos enfants ! N’était-ce pas une dangereuse folie que d’essayer de façonner la terre et de soumettre la nature à votre volonté pour l’exploiter jusqu’au trognon ? Et ensuite, par haine de vous-même et de vos semblables, d’essayer d’en finir avec elle pour de bon ? Où étiez-vous quand le monde tombait en morceaux ? »

Couverture de Metro 2033

La surface de la Terre, en 2033, est inhabitable : entre les radiations et les monstres mutants, l’humanité a été obligée de se réfugier dans les couloirs du métro moscovite. Seulement voilà : des mutants, appelés les Noirs, rendent fous les survivants et les tuent. Un jeune homme, Artyom, va entreprendre une mission à travers les dangereux couloirs du métro pour tenter de sauver la vie souterraine qui s’est développée.

Découvrir la suite.

E.O. Chirovici, Jeux de miroirs

« La plupart des gens préfèrent les belles fables bien tournées aux vérités aussi complexes qu’inutiles. »


Couverture de Jeux de miroirs de E.O. Chirovici

Peter Katz, agent littéraire, reçoit un manuscrit plus qu’intéressant. L’auteur prétend y avoir élucidé une affaire vieille de plusieurs dizaines d’années, le meurtre du professeur Wieder. Le seul problème, c’est que le manuscrit est incomplet : il s’arrête au moment où la nuit du meurtre va être évoquée. Peter essaie alors d’entrer en contact avec l’auteur et apprend sa mort. Ni une, ni deux, il engage un journaliste pour mener l’enquête et terminer cette histoire prometteuse.

Je lis la suite !

Lauren Oliver, Delirium (T3)

« Mais peut-être que le bonheur n’est pas dans le choix. Peut-être qu’il est dans la fiction, dans les histoires qu’on se raconte, dans cette capacité à se convaincre que la route sur laquelle on atterrit est celle que l’on voulait emprunter depuis le début. »
Couverture du troisième tome de Delirium de Lauren Oliver

Cette chronique fait référence au troisième tome de la saga Delirium de Lauren Oliver. Si tu ne veux pas te faire spoiler, je t’invite à aller voir ma chronique sur le premier ou le deuxième tome. Si tu as lu cette saga en entier (ou si tu t’en fous de te faire spoiler, il faut de tout pour faire un monde), continues ta lecture ! 🙂

Le tome 3, c’est par là !

Lauren Oliver, Delirium (T2)

« Un monde sans amour est aussi un monde sans enjeux. »

ATTENTION, SPOILERS !

Dans cette chronique, je présente le deuxième tome de la saga Delirium. Si tu ne souhaites pas être spoilé, tu peux aller lire ma chronique sur le premier tome de la saga. C’est par ici !

Tu as lu le premier tome ? Alors, continues ta lecture !